Inès Sivignon et Mélany Bigot : l’histoire d’une collaboration

04 Sep 2020 | Freelance, Rédaction web

« Un jour, je sens qu’on s’associera. » Inès Sivignon m’a envoyé ce message, après que j’ai relu l’un de ses premiers articles pour un client. Mais je n’imaginais pas à quel point c’était vrai. Ben oui, comment peut-on collaborer en tant que rédactrices ? On co-écrit un article, comme un exposé ? En plus, je n’étais même pas encore sûre de devenir freelance à mon tour… Et pourtant, l’avenir a pris un tournant que je n’attendais pas. C’est parti pour le récit de notre belle aventure à travers cet article invité rédigé par moi-même, Mélany Bigot.

Au sommaire :

Inès Sivignon, avant tout un exemple de motivation

Okay, ce titre peut faire un peu lèche-botte, et pourtant, sans Inès, je ne serais pas devenue freelance. Elle a su m’ouvrir la voie, me conseiller, me motiver, m’écouter lors de mes pétages de câble et mes crises d’angoisse (il y en a eu beaucoup 😅).

Pour la petite histoire, nous nous sommes rencontrées à l’université lors de mon entrée en L2 de Lettres Appliquées. Nous faisions alors partie de deux « bandes » différentes. Résultat : nous avons échangé pour la première fois en deuxième année de master (le LARP pour les intimes), lorsqu’Inès m’a envoyé un message après avoir lu mon blog d’écriture. On a alors discuté et une amitié a commencé à naître.

Lors de nos différents stages pour valider notre M2, on a alors su se soutenir. Inès me demandait souvent de relire ses articles pour les clients de son agence. Elle voulait bien faire, donner le meilleur d’elle-même et présenter des contenus au top. À chaque fois, je les corrigeais avec plaisir et j’étais impressionnée de la facilité avec laquelle elle rédigeait sur n’importe quel sujet. De son côté, elle supportait (encore une fois) mes lamentations et mes craintes.

Lorsqu’elle m’a annoncé qu’elle allait se lancer en freelance en juillet 2019, j’ai trouvé l’idée fabuleuse. De loin, depuis mon bureau de stagiaire, je suivais ses démarches administratives, l’apparition de son blog, ses débuts sur LinkedIn. Et petit à petit, je réalisais que le freelancing n’était pas quelque chose d’inaccessible, comme on me l’avait souvent répété.

Alors, je me suis retroussé les manches et, dès mon mémoire rendu en septembre 2019, je me suis lancée à mon tour pour devenir rédactrice web freelance.

Les débuts d’une collaboration fructueuse

Un jour, Inès m’appelle (ou plutôt m’envoie un message sur Facebook, car je ne réponds jamais au téléphone 🤣). Elle a un potentiel nouveau client qui vient de la contacter. Mais voilà, son planning est plein et cette mission s’annonce complexe et régulière. « Ça te dit qu’on bosse ensemble sur ce coup ? » Forcément, j’ai la pression. À ce moment-là, j’ai très peu de clients et je ne suis pas sûre de bien rédiger. Mais j’accepte.

La question de l’organisation se pose alors. Pas question de faire comme un devoir scolaire, où l’une fait la première partie et l’autre la seconde. On décide de se répartir les tâches de façon méthodique, selon nos affinités. Inès est très à l’aise avec la relation client – chose que je déteste. Elle s’engage donc à communiquer avec le client et à récupérer un brief détaillé.

De mon côté, je vais écrire les articles et les optimiser en SEO. Mais Inès Sivignon, qui me connaît bien, sait que j’ai toujours peur de mal écrire, de faire des phrases trop littéraires ou de ne pas répondre correctement aux attentes du client. Elle me promet donc de repasser derrière moi, afin de proposer au client un article au top.

Elle m’offre ainsi le filet de sécurité que je n’avais pas avec mes autres clients. Je prends confiance en moi, elle m’encourage et me donne des conseils quand j’ai besoin de m’améliorer.

Les demandes s’enchaînent, il y a de plus en plus d’articles à rédiger. Je suis ravie de voir notre petit duo fonctionner à merveille. Les clients sont satisfaits, notre planning à toutes les deux est plein. Que demander de plus ? Mais la collaboration ne s’arrête pas là, et elle n’a pas fini d’évoluer.

Un duo dans la création de formations

C’est lors d’un petit goûter toutes les deux, après avoir récupéré nos diplômes de master, qu’Inès m’avoue son grand projet : créer sa propre formation de rédaction web. Un projet ambitieux, mais que je trouve tout de suite super cool.

« Et toi alors ? » me demande-t-elle. « Quoi, moi ? » Je me suis lancée depuis quelques semaines seulement à ce moment-là, je ne suis pas assez douée en rédaction web pour faire une formation. Et je ne vais pas marcher sur ses plates-bandes ! Mais il y a un autre domaine que, pour le coup, je maîtrise très bien pour le pratiquer depuis plus de dix ans : l’écriture littéraire.

Improvisée coach, Inès me motive à créer ma propre formation pour apprendre aux gens comment écrire leur premier roman. Une idée de génie qui m’a emballée dès le début. Attention teasing : le projet est en cours !

Créer une formation, c’est très bien en soi. Sauf que c’est un travail énorme. Et surtout, une fois le point final posé, on ne sait pas ce que valent nos cours. C’est là qu’une fois encore, notre duo a prouvé ses bienfaits. Avec Inès Sivignon, nous avons mutuellement relu et corrigé nos modules, nous nous sommes donné des conseils, entraidées quand l’une de nous ne savait pas faire quelque chose… Bref, un réel travail d’équipe.

Envie de travailler en collaboration ?

Présentée comme cela, on pourrait croire que notre collaboration coule de source. Il suffit de devenir pote avec quelqu’un qui fait la même activité freelance que nous et pouf ! On devient un duo de choc. Mais les choses ne sont pas si simples…

Avant de collaborer professionnellement, nous nous sommes rendu beaucoup de services mutuels. Des corrections, des conseils, de l’aide pour nos devoirs scolaires. De l’écoute, beaucoup, dans les moments de doute, de joie, de colère, de peine. Avant que l’une d’entre nous cherche à prendre à l’autre, elle a donné. La définition de l’amitié en somme.

Si Inès m’avait exploitée pour corriger ses articles, ou si moi j’étais venue la harceler pour qu’elle m’envoie des clients, ça n’aurait pas collé. Notre collaboration professionnelle est à l’image de notre amitié : généreuse.

L’écoute est également essentielle. Il est très important de savoir ce que ressent l’autre. Par exemple, Inès a bien compris que j’étais une grande angoissée et qu’il fallait me rassurer quant à mon travail et mes capacités. Et elle fait ça très bien, puisqu’à mesure de notre collaboration, j’ai pris confiance en moi et j’ai eu de moins en moins peur d’écrire sous contrainte pour des clients.

La confiance justement, parlons-en. C’est essentiel pour avoir une relation de travail (et d’amitié) saine. Personnellement, je sais que je peux confier n’importe quelle idée à Inès, elle ne va ni les crier sur tous les toits, ni me les voler. On sait que l’on peut compter l’une sur l’autre pour se conseiller sur nos projets respectifs.

Et l’on peut construire ensemble de nouveaux projets. Oui, car la collaboration Inès Sivignon / Mélany Bigot n’en est qu’à ses débuts. Nous avons encore des tas d’idées qui fourmillent dans notre esprit. Des idées ? Dites-le nous en commentaire 😉

Inès Sivignon
5 P'tits Tps

Abonnez-vous à ma (super) newsletter !

Au programme : de la rédaction, du freelancing et de la motivation pour vos projets

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin d'une rédactrice web freelance ?

* NEWSLETTER

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle (tous les premiers lundis du mois) pour des conseils en rédaction et en freelancing, ainsi qu'une bonne dose de motivation !

Merci et à bientôt !

Pin It on Pinterest

Share This